La B.A. est une publicité qui vente les mérites du film. Soyons direct ! Cette cochonne qui veut nous donner envie. Parfois ça marche ! Souvent nous sommes déjà conquis. Malheureusement nous arrivons à être déçus. Je ne fais aucune distinction de l'origine géographique. Même si vous pensez que mes exemples sont orientés.

Ne parlons pas des films que nous attendons en salle et que nous sommes sûrs d'aller visionner. Je parle des B.A. qui nous sensibilise à un genre ou à une œuvre encore inconnue.
Parlons de celles qui racontent le film. En 2 minutes nous avons tout compris ! Pas la peine d'aller voir le film. Nous savons déjà comment il va se finir.


J'ai pris l'exemple d'un film français. Certaines B.A. de films américains sont tout autant lamentables.

Des bandes-annonces qui vous ont surprises ? Pour ma part peu m'ont subjugué. Néanmoins, récemment, je me suis surpris à aimer une réalisatrice qui m'est inconnue. La B.A. de son nouveau film m'a laissé coi. Une telle intensité, une profondeur dans la photographie et un génie dans l'écriture. Pour le coup en moins de 2 minutes, j'ai envie de voir ce film !


Des films cultes, tout le monde en a. Pour ma part, celui qui me procure encore une piloérection a une bande-annonce aussi déjantée que le film lui même. Une réflexion de la société vu par Darren Aronofsky. L'atmosphère de la B.A. est étourdissante.


Pour les producteurs, tout se joue sur l'accroche qui passera dans tous les cinémas, en spot de pub à la télévision et sur Internet. Il faut rapidement donner envie et pousser à la consommation.

La promo d'un film ne se base heureusement pas que sur 2 minutes. Les interviews, les récompenses, les plateaux télé se succèdent pour faire parler du film. Sans oublier le "teaser".
Super outil marketing pour mettre en appétit et attiser notre curiosité. Ce procédé, de plus en plus répandu outre-Atlantique, ne manque pas de piquant. Ces derniers temps Nous avons eu un florilège de films d'action, d'aventure en images de synthèse. Des héros ou super héros qu'il faut à tout prix suivre pour en savoir plus sur leurs pérégrinations.
Alors que des films à budget modeste ont marqué les esprits avec seulement un "trailer"... et des récompenses.


Je laisse le mot de la fin à  Christophe Chadefaud et Emmanuel Cirodde (Studio Ciné Live) dans leur article de l'Express Culture :

Elle doit faire monter le désir chez le spectateur. Suggérer, sans trop dévoiler. La bande-annonce répond à des codes de séduction marketing, tout en devant, sans cesse, se réinventer. Et si le succès d'un film se jouait dès sa bande-annonce ?